Une atmosphère
Comment peut-on renaître de la pire des épreuves ? Quelle stratégie personnelle les personnes construisent-elles pour s’en sortir ? C’est la question qui me passionne. J’ai rencontré Coumba à la maison de quartier Bel-Air, à Montreuil, France. C’est une jeune femme excisée. Cette jeune femme m’intrigue par sa lucidité et la franchise avec laquelle elle aborde le problème de l’excision. J’entreprends de raconter son histoire.
Témoignages et images symboliques du rapt émaillent « A corps perdu ». Dès les premières images, le ton est donné : La nature est omniprésente et elle encercle Coumba comme pour la protéger, comme l’esquisse d’un espoir possible. Gros plan sur le visage de Coumba comme un face à face avec elle-même. Je construis le documentaire autour de la perte, mais aussi de l’espoir. « À corps perdu » est le témoignage d’une jeune femme qui parle de son excision avec beaucoup de franchise. Ce témoignage est entrecoupé de plans de nature qui symbolise tour à tour le sexe de la femme, l’emprisonnement à l’intérieur de soi et la renaissance.
loading-indicator

LOADING